C’est la rentrée

Bonjour et bienvenue à bord, aux anciens comme aux nouveaux,

Je vous espère tous en forme, reposés, et tant que faire se peut, motivés à réussir cette année, que ce soit sur le plan scolaire ou personnel.

Que dire en ce début d’année ?

Premièrement, de manière concrète, un résumé très rapide des programmes, voici ce qu’il faut comprendre :

–       En Seconde, nous sommes censés étudier l’ARGUMENTATION entre le XVIème et le XVIIIème siècles, le THEATRE du XVIIème, le RECIT au XIXème (réalisme et naturalisme), et la POESIE du XIXème et XXème siècles (du romantisme au surréalisme).

–       En Première, nous verrons l’ARGUMENTATION du XVIème à nos jours, le ROMAN du XVIème à nos jours, le THEATRE du XVIIème à nos jours et la POESIE du XVème… à nos jours.

Autant dire que les élèves de Première vont devoir être capables d’avoir une vue d’ensemble sur la littérature des cinq cents dernières années… J’ai préparé une fiche chronologique que je distribuerai assez vite, je vous invite aussi à (re)lire le billet sur les différents mouvements littéraires. Le programme donne aussi une plus grande place à l’histoire des arts (peinture, cinéma, etc.) et aux textes antiques. Bref, il y a de quoi faire.

Et puis, de manière plus générale, je voudrais vous inviter, comme chaque année, même si, pour un certain nombre d’entre vous, vous avez toujours crié à qui voulait l’entendre que la littérature n’était pas faite pour vous, à prendre conscience que vous vous trompez, que l’écrivain, penché sur sa feuille blanche et cherchant ses mots, a pensé à vous en écrivant son texte. La tradition considère que le lecteur est le cœur de la littérature. J’emploie le mot « cœur » pour vous rappeler le rôle de la sensibilité dans la lecture, mais le cœur véhicule aussi l’énergie, le courage. C’est à vous, à travers votre regard, de percevoir à quel point les textes sont vivants et nous parlent. Oui, chaque texte que nous étudions a, d’une certaine manière, été écrit pour vous.

D’ailleurs, si l’on étudie encore des auteurs anciens, ce n’est pas pour que quelques savants grisonnants se rappellent le bon vieux temps, mais parce que leurs textes ont une résonance aujourd’hui, dans notre société, dans notre existence quotidienne.

A l’époque classique, 1200 pièces ont été écrites et représentées, mais combien sont restées jusqu’à nous ? Et surtout, d’après vous, pourquoi ?

On est à la rentrée littéraire, savez-vous que 650 livres sont parus ? mais combien resteront dans les rayons plus de quelques semaines ?

Remettez-vous en question, si ce n’est déjà fait, et voyez que les textes ne sont pas des choses mortes que nous disséquons en cours, mais qu’ils peuvent vraiment vous apporter quelque chose dans votre vie. C’est ce que ce dit Rabelais, dans un passage du Quart Livre : Pantagruel et ses compagnons naviguent jusqu’à un endroit où sont disséminées des « paroles gelées » : c’est en les prenant dans leurs mains, en les réchauffant avec leur souffle, qu’ils parviennent à leur rendre vie. A méditer…

Je vous souhaite une année studieuse et agréable (car oui, ces deux adjectifs ne sont pas incompatibles !).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s